En.marge                  Lorsque la maison crie, phénomènes paranormaux et thérapie familiale

Accueil

Retour à

Sommaire livre

Dossier Intuition

Reportages et articles

Encyclo perso

Margino blog

Marginal Newsletters

Vies en marge
(en construction) 

15 :  PROGRAMMER LA MAGIE

Alors, systémisme ou psychanalyse ? 
Chaque école propose sa clé au mystère familial.
Et le poltergeist ?
Chaque école apporte son explication. 
Selon le systémisme, exprimer les tensions trop fortes étant devenu impossible tant elles mettent en péril son homéostasie, la famille les répercute sur sa demeure, interface du système, par le biais d'un "adolescent coupable" jouant le rôle de patient identifié sans symptôme. 
Pour les psychanalystes, c'est l'inconscient groupal qui, sous l'effet de pulsions archaïques contradictoires et inavouables, est projeté et explose sur les murs de la maison, membrane matérialisée de l'appareil psychique familial.
Quel modèle adopter ? La famille, système ou entité rêvante ? Le réseau de liens, de mythes et de croyances ou l'ectoplasme hirsute ? 
Faut-il d'ailleurs choisir ? Après tout, les deux visions paraissent compatibles. Si elles cultivent des images différentes de l'individu, toutes deux considèrent la résistance au changement et la nécessité d'évoluer comme les tendances opposées du fragile équilibre familial, et voient dans le poltergeist un symptôme comme les autres, bien que plus marqué d'irrationnel. 
Un débat fait pourtant rage entre psychanalystes et systémistes, particulièrement quant aux méthodes d'intervention applicables aux familles.
Travailler uniquement sur le présent et sur la communication, disent les psychanalystes, sans mettre à jour les processus inconscients, c'est courir le risque de voir apparaître le "syndrome pop-corn" : la fille anorexique devient boulimique, si elle va mieux son frère développe soudain un autre symptôme, ou bien le malaise devient général et éventuellement un poltergeist éclate. Pour les analystes, une thérapie doit restituer aux patients leur histoire par la levée des refoulements et aboutir à "l'insight", prise de conscience des pulsions fondamentales en jeu dans la situation, sans laquelle aucun problème ne peut-être définitivement résolu.
Mais que dirait-on d'un médecin qui prétendrait rendre pour toujours la santé à ses patients, d'un mécanicien annonçant que sa réparation tiendra éternellement ?, rétorquent les systémistes. Pourquoi demander aux psychologues une disparition permanente des problèmes, que l'on n'exige de personne d'autre ? La vie comporte une montagne de difficultés, qu'il vaut mieux apprendre à gérer que vouloir résoudre àjamais, espoir vain dont l'échec renforce la famille dans son sentiment d'impuissance, excusant toutes ses résistances ! De plus, les systémistes considèrent comme dangereux, voire malsain, le récit des rêves en famille, ouverture d'une boîte de Pandore sur des pensées qui gagneraient à rester ignorées, notamment des enfants. L'inconscient est volage et parfois agressif. Imaginez les conséquences de l'aveu d'un rêve meurtrier ou sexuel ! Le partage des rêves, s'il est possible dans certaines sociétés où l'habitude entraîne à faire la part des choses, représente chez nous le risque de les voir pris au pied de la lettre. Pire encore, il est contre-productif. Violer le jardin secret propre àchacun va à l'encontre du processus d'individuation. Et lever des refoulements qui forment souvent la base des croyances familiales, c'est s'opposer aux conceptions du monde qu'elles sous-tendent au lieu de s'en servir. Quant à la prise de conscience, si elle permet de connaître en profondeur tous les éléments d'un problème, aide rarement à en sortir, comme le rapporte la blague du bègue qui, au bout de dix ans d'analyse, bégaye toujours, "mais maintenant sait pourquoi" ! L'insight dépend des capacités de chacun, et de nombreuses familles ont plus besoin d'outils pratiques pour changer que des interprétations parfois fort compliquées que leur propose la psychanalyse. 
Ce conflit oppose aussi deux conceptions de la psyché, et du monde. Pour la psychanalyse, le psychisme demeure principalement individuel, sa cartographie est verticale, montant de l'inconscient au préconscient puis au conscient. Le monde est le reflet du dialogue entre ces éléments, dans l'opposition entre individu et collectif. Pour le systémisme l'individu existe avant tout dans les relations, son psychisme est commandé horizontalement par l'action complémentaire et parfois contradictoire des deux hémisphères cérébraux, et le monde est le lieu de la communication entre différents éléments d'un système. 
Au delà d'un accord fragile sur les pathologies, ces points de vue semblent inconciliables, entraînant avec eux des divergences sur les images du monde, le vocabulaire et les méthodes. 
Pourtant, les dissentions s'affirment moins vigoureuses lorsqu'on approche les praticiens qui se préoccupent de travailler sur le terrain plutôt que de théoriser. Le systémisme, arrivé tardivement et encore peu reconnu en France, a été adopté par des professionnels qui avaient pour la plupart reçu auparavant une formation freudienne, contrairement à d'autres pays où furent formés à la thérapie des néophytes venus d'horizons divers, sans aucune connaissance psychologique préalable, pratique inimaginable dans un pays aux structures rigides comme le nôtre. Bien qu'elle enflamme les théoriciens, la lutte entre les deux écoles ne passionne guère les praticiens français et beaucoup conjuguent pratique de l'analyse individuelle et thérapie familiale. 
Ainsi Nicole, thérapeute analytique à l'hôpital psychiatrique de Laborde, la Mecque de l'antipsychiatrie française, et praticienne familiale systémiste dans la ville voisine : 
" Ma formation de systémiste, avoue-t-elle sans embarras, m'a surtout servi personnellement. Elle m'a permis d'acquérir une vision plus large de la vie, de relativiser le contenu transmis par les mots, de m'ouvrir à l'analogique, aux gestes, aux regards, aux positions, au ton de la voix, à tout ce qui permet de recadrer le langage dans un contexte qui l'éclaire et parfois le modifie. 
" Cela m'aide tout le temps, ajoute-t-elle, même devant le journal télévisé, je peux recadrer les problèmes, car je sais qu'il y a dix façons de présenter les choses, que cela dépend par quelle porte on les aborde. Face à une famille, on utilise sans cesse cette approche, on tente une hypothèse, c'est une porte, et si cela ne marche pas, on entre par une autre. Impossible dans les pathologies lourdes rencontrées à Laborde, pour des raisons tant pratiques qu'institutionnelles, la thérapie familiale fait d'abord l'objet d'une séance d'évaluation, en fonction de laquelle nous proposerons soit une thérapie individuelle si le problème est personnel et relève de la psychanalyse classique, soit une thérapie de couple, soit une thérapie familiale. Celle-ci nous paraît indiquée et semble efficace dans tous les cas de problèmes collectifs, de symptômes circulants, dans la majorité des problèmes enfantins, comme l'énurésie, les angoisses et phobies, l'anorexie, mais aussi dans les pathologies dites comportementales comme l'alcoolisme, la toxicomanie ou l'agressivité. Mais ce n'est ni la panacée universelle ni même le garant du succès.
- D'autant plus, fait remarquer Anne Michel qui travaille dans un centre médico-social de la région parisienne, que le problème pratique fondamental ne se situe pas dans le choix entre systémisme et analyse, mais dans la population à laquelle on a affaire. Dès que vous mettez en péril l'homéostasie d'une famille particulièrement rigide, elle sabote la thérapie familiale, par abandon, ou par des actes manqués, des absences de l'un ou de l'autre sous de faux prétextes, ou encore par une aggravation de l'état du patient identifié justifiant une hospitalisation. Nous en sommes réduits, surtout dans le cadre médico-social où la thérapie est souvent imposée de l'extérieur par l'école ou les organismes sociaux, à revenir à une thérapie individuelle alors que nous savons bien qu'un traitement familial serait la meilleure solution. Qu'elle soit systémiste ou analytique, la thérapie familiale a ses limites, qui sont celles de la famille elle-même.
Pour Xavier Colle, psychologue au Centre Monceau de thérapie familiale spécialisé dans le traitement de la toxicomanie, la différence théorique est pourtant fondamentale. 
- Le systémisme, dit-il, peut englober la psychanalyse car il se trouve à un niveau d'abstraction supérieur. Comme le montre von Bertalanffy dans sa Théorie générale des systèmes, le systémisme utilise des modèles et peut effectuer des transferts d'un savoir à un autre car il s'intéresse aux interactions plus qu'aux caractéristiques individuelles. Un systémiste observera les relations, les communications, les réseaux et les coalitions, les phénomènes de causalité linéaire et circulaire dans lesquels la famille est prise, ce que la psychanalyse ne peut faire, puisque son objet est l'inconscient, considéré dans une logique intra-psychique de causalité linéaire. 
" Cela dit, la rivalité entre les deux écoles de thérapie familiale est placée sur un plan intellectuel alors que sur le terrain elle se situe sur un plan commercial, c'est une défense de territoires, de bastions, de privilèges, un débat typiquement franco-français, sans intérêt. Certains thérapeutes du centre où je travaille ont une approche psychanalytique, sans aucune formation systémique. Je suis en désaccord avec eux, mais parfois je me rends compte qu'en fait, ils travaillent pratiquement comme moi, la pertinence et la finesse de leurs interventions sont totales. Un bon clinicien est un bon clinicien quel que soit son modèle."

Rassurante réconciliation. Mais, si les conceptions d'un clinicien sur la famille et la thérapie importent peu, quels facteurs déterminent sa valeur et son efficacité ?
C'est pour répondre à cette question que John Grinder, psychologue et linguiste, et Richard Bandler, psychologue et mathématicien, décidèrent dans les années soixante-dix d'observer méthodiquement des interventions thérapeutiques. Par une démarche typiquement nord-américaine, ils choisirent des psychologues reconnus comme étant les meilleurs, sans se préoccuper de leurs écoles ou de leurs chapelles, filmèrent et analysèrent avec minutie leurs pratiques. Surprise ! En concentrant leur attention sur ce que les thérapeutes faisaient vraiment, sans tenir compte de ce qu'ils disaient faire, ils découvrirent certains types d'interactions communs à tous, et pour la plupart inconscients, comme s'il existait, au delà des théories divergentes, de grands schémas directeurs de l'activité thérapeutique. Partant du principe, après tout discutable, que l'on peut enseigner ce à quoi certains excellent sans en être conscients, ils reprirent ces grands shémas, pour en extraire des données susceptibles de "modéliser l'excellence". On pense aussitôt à l'écoute, indispensable préalable àtoute relation d'aide. Pourquoi certains semblent-ils posséder un talent inné pour susciter la confiance et inviter autrui à s'épancher librement ?
Mais la question est plutôt de savoir comment. Et précisément, Grinder et Bandler cherchaient à élaborer un modèle, non une théorie. Une théorie essaye d'expliquer pourquoi un système fonctionne comme il le fait. Eux s'intéressaient au comment, voulaient décrire le fonctionnement du système, tentaient d'en dégager un modèle, puis d'en élaborer une réplique plus performante. D'abord limité au système thérapeutique, leur modèle fut rapidement étendu à toutes les communications, et baptisé Programmation Neuro-Linguistique (PNL). Le terme paraît quelque peu ostensiblement cybernétique et post-moderne. Il suffit de le décortiquer pour en comprendre le sens. 

La programmation constitue l'ensemble des croyances, souvenirs, façons de penser, de ressentir et de se comporter à partir duquel une famille, un individu ou un groupe construisent cette réalité de deuxième ordre dont parle Watzlawick. C'est le produit de cette écologie des liens dont parle Jacques Miermont.
Toute programmation nécessite un "hardware" sur lequel s'imprimer, un support physique, constitué chez l'être humain par le système neurologique. L'activité humaine repose sur l'utilisation des cinq sens et sur l'excitation neuro-cérébrale, d'où le "neuro" de cette programmation.
Elle est dite "linguistique" parce que c'est le langage, verbal ou non, qui structure l'activité mentale et reflète la programmation spécifique à chacun. 
Prise au pied de la lettre, la PNL ressemble fort à une nouvelle version des vieilles conceptions réductrices de l'humain, le comparant aujourd'hui aux ordinateurs après en avoir fait une mécanique horlogère ou une cellule. Elle présente pourtant deux avantages : elle ne prétend pas être autre chose qu'une grille de lecture, et elle englobe la communication comme caractéristique fondamentale de l'activité humaine. Loin de définir la nature profonde de l'être humain, elle s'attache à montrer comment il fonctionne, et surtout communique.
C'est en effet à partir de l'observation de la façon dont les thérapeutes communiquaient avec leurs patients que Grinder et Bandler dégagèrent des concepts plus généraux, destinés selon eux à rendre les relations plus harmonieuses, quels que soient leur cadre et le système de croyances qui les sous-tendent. Ils remarquèrent par exemple que, malgré les différences de discours et de méthodes d'intervention, tous les thérapeutes particulièrement efficaces semblaient copier leur attitude, leur vocabulaire, souvent même leurs gestes, sur ceux de leurs patients, par cette sorte de mimétisme naturel immédiat dont le guérisseur Jean Favier nous avait montré l'efficacité et Laurent Corbin souligné l'importance. 
Les fondateurs de la PNL en déduisirent le modèle et les méthodes de la "synchronisation", que le bon sens populaire illustre par l'adage bien connu "chez les Romains, faites comme les Romains". Hypocrisie, proclameront certains, considérant avec dédain les vertus du caméléon comme une manipulation, une faiblesse de caractère ou une perte d'identité. Certitude à la vue bien courte, répondent les PNListes (pé-ène-elle-iste), qui conduit à passer sans cesse à côté de l'autre et à ne pouvoir communiquer que dans le ghetto relationnel de ceux qui pensent, parlent et se comportent comme vous. Certitude commune, ajoutent les thérapeutes familiaux familiers des idées PNListes, aux membres de familles à transactions rigides et illusion puissante, incapables de se démarquer de leur milieu et de s'ouvrir au monde. 
Se synchroniser demande en effet de sortir de soi-même, impose l'observation, la prise en compte et l'imitation, inconscientes chez certains, du mode de perception sensorielle de l'autre que la PNL dénomme système VAKO, pour Visuel, Auditif, Kinesthésique ou Olfactif. Chaque individu privilégie l'un ou l'autre de ces modes de perception, qui transparaît dans son langage. D'un même propos un Visuel dira "Je vois clairement de quoi vous voulez parler", un Auditif : "J'entends bien que vous me dites", un Kinesthésique : "Vos propos me touchent", et un Olfactif : "Je sens que nous pourrions collaborer". Les membres d'une famille partagent en général un même type de vocabulaire spécifique. Tout comme le mode de perception qu'il transcrit, celui-ci traduit leur façon d'appréhender la réalité, de construire le réel, et véhicule leur système de croyances. 
La PNL apporte de lumineuses précisions sur le processus de construction du système de croyances propre à l'écologie familiale. Avant de se construire un monde, une famille doit approcher celui qui existe, et dépend pour ce faire de limitations d'ordre neurologique, sociologique et personnel. Approche du monde et limitations sont loin d'être des concepts abstraits. Ce n'est pas pour rien, par exemple, que l'on dit souvent d'ene maison qu'elle reflète le mode de pensée de ses habitants. Avant de la choisir ou de la faire construire, une famille en visite plusieurs, examine des plans : c'est l'approche. L'être humain diffère de l'animal, il lui est impossible de vivre en pleine nature, à l'air libre : c'est sa limitation neuro-physiologique. Le choix sera déterminé par des critères de prix, de confort, d'esthétisme qui sont le reflet de limitations sociologiques. Il y entrera enfin des préférences irrationnelles éminemment personnelles.
A partir de leurs limitations, une famille et les individus qui la composent construisent leur univers, intérieur autant qu'extérieur, grâce à trois facultés que possède la pensée pour se fabriquer des modèles à partir du réel. 
La généralisation dirige l'apprentissage. Savoir monter un escalier ou rouler à bicyclette signifie pouvoir monter tous les escaliers et enfourcher n'importe quel vélo. 
La sélection évite d'être submergé par toutes les informations que rapportent les sens, permet d'enregistrer celles qui sont utiles. Un automobiliste concentre son regard sur l'essentiel et délaisse le superflu. 
La distorsion, enfin, représente le travail de l'imagination, transforme la réalité et change l'expérience sensorielle. Les ciels fous de Van Gogh transmettent l'émotion, on "voit" la belle maison que donnera une ruine une fois bien rebâtie. 
Déterminantes dans le mode de fonctionnement et le système de croyances que se constitue une famille, ces trois capacités illustrent le paradoxe inhérent au phénomène familial, car autant elles contribuent à fabriquer sa vision du monde, autant elles peuvent en appauvrir les ressources et rétrécir les dimensions, par un processus de boucles auto-justifiantes caractéristique de la causalité circulaire. Chacune possède aussi en effet ses aspects négatifs. Avoir vécu une relation tendue avec son père peut entraîner à rencontrer des difficultés avec tous les hommes. Une sélection morbide peut inciter à ne relever dans les situations que leur côté dramatique et à oublier ce qui va bien. La distorsion négative conduit à prendre la critique d'un comportement pour un rejet de la personnalité, à se mettre martel en tête, "elle ne m'a pas souri, ô pleurs, elle ne m'aime plus".
Pour la PNL toute communication, familiale ou autre, se situe sur deux niveaux : le contenu de ce qui est dit, et le processus, qui représente comment les choses sont dites et détermine à l'insu des interlocuteurs la relation qu'ils vivent, comme la "ponctuation" des systémistes. Pour être efficace et durable, un changement doit concerner le processus, car le comment est le plus fondamental, en particulier dans les tensions. Une famille n'est pas rigide par plaisir, elle ne vit pas avec bonheur ses problèmes ou la pathologie de l'un de ses membres, elle ne crée pas un patient identifié par volonté de vengeance ou d'échec, mais parce qu'elle ne sait pas comment faire autrement. 
Sur ce point encore, la PNL et le systémisme se rejoignent. La deuxième génération de systémistes affirme en effet que le symptôme, s'il est la preuve d'un dysfonctionnement du système tout entier, représente surtout une formidable adaptation à ce dysfonctionnement. "C'est la solution qui pose problème, pas le problème !", disent-ils.
Plus encore, affirment les PNListes, les ressources nécessaires au changement sont présentes dans la dynamique même de la pathologie. 
Devant de telles affirmations l'esprit logique se rebiffe. Bon, d'accord, admettons : bien que son origine collective ne paraisse pas toujours évidente, le symptôme n'est qu'un signal. Le patient identifié joue le rôle de disjoncteur d'un système sous tension, le poltergeist sert à exprimer le malaise familial. Mais de là à penser qu'une pathologie recèle, en elle-même, le remède aux problèmes qu'elle dénonce, ne serait-ce pas pousser le bouchon un peu loin ?
La question méritait d'être posée à des représentants de cette nouvelle école aux affirmations bien surprenantes.

Jane Turner et Bernard Hévin, psychologues et PNListes parisiens, animent le "Dôjô", centre de formation aux techniques de la PNL. Dans ce duo parfait, chacun reprend les paroles de l'autre pour en renforcer l'impact. Bernard, agitant sans cesse son corps compact de judoka, fourrage d'une main nerveuse une barbe touffue dont il semble sortir soudain, comme des lapins d'un chapeau, les bons mots, anecdotes et histoires drôles dont il fleurit son discours avec la voix forte et posée de l'homme habitué à parler en public. Jane, impeccable de blancheur, si droite sur sa chaise qu'elle en paraît immobile, lui donne le répons d'un ton doux agrémenté d'une pointe d'accent anglais, qu'elle ponctue parfois d'un geste élégant. 
Jane et Bernard furent les seuls psychologues rencontrés dans cette enquête à spontanément s'intéresser au poltergeist, que les autres, exceptée bien sûr Djohar Si Ahmed qui les connaît de près, semblèrent considérer comme un symptôme parmi d'autres, sans signification ni teneur particulières, pour certains plus proche du délire hallucinatoire collectif que d'un phénomène remettant en question nos certitudes (croyances ?) sur la nature de la matière et les capacités du psychisme.
" N'ayant pu observer directement de tels phénomènes, dit Bernard Hévin, je peux réfléchir uniquement sur ce qu'ils indiquent quant au système de croyances des familles qui les vivent. Et pour un PNListe, c'est particulièrement intéressant : comment une famille arrive-t-elle à un moment donné à produire un événement pareil, négatif, perturbateur, désagréable et surtout en apparence étranger à elle-même ? Si elle est capable de le produire négativement, elle doit pouvoir le produire avec des effets positifs, à l'utiliser d'une autre manière. Quelles que soient les choses que l'on fait, ce n'est pas pour qu'elles nous nuisent.
- C'est l'idée de base, la croyance fondamentale de la PNL, intervient Jane Turner. Une intention positive existe dans tout phénomène. La question posée ne sera évidemment pas : en quoi est-il positif ?, mais : quel est le besoin sous-jacent qui demande une réponse et a pour l'instant trouvé cette issue-là ?
- Vous rejoignez donc la conception systémiste du malaise ?
- Tout à fait. La PNL reprend d'ailleurs toutes les techniques systémistes, la prescription du symptôme, l'injonction paradoxale de ne surtout rien changer, etc. Mais nous allons plus loin dans l'utilisation du symptôme ou, si vous préférez, nous en restons là où est la famille, c'est-à-dire avec son problème, sans chercher à savoir quelles en sont les raisons, ni à changer son système de pensée et de croyance.
- Imaginons que nous intervenions dans l'affaire des apparitions de poteries que vous décriviez, reprend Bernard. Dans un premier temps, nous nous efforcerions d'établir une relation avec cette famille, pour adopter son langage, ses croyances, nous synchroniser avec elle, la mettre en confiance. Il ne s'agit pas d'arriver dans la pièce et de leur conseiller gentiment d'accepter la mort de leur fils, ni de leur dire : "Vous êtes encore plus fous que les fantômes que vous inventez", ni de proclamer : "Vous savez, ce phénomène, c'est vous qui le produisez, et devinez quoi ?, derrière lui se cache une intention positive !" Ça ne marcherait jamais ! Ensuite nous chercherions à leur faire préciser quelle est leur demande. Arrêter ce vacarme et ces apparitions ? Avant d'élaborer une tactique d'intervention, nous travaillerions sur leurs points de repère, pour faire émerger le rôle que joue le phénomène. Si, parce que le guérisseur est venu et a mis fin aux troubles, ils sont incapables de préciser cette demande, je leur demanderais par exemple : "Qu'est-ce que vous allez mettre à la place ?". Cela les surprendrait, et s'ils ne savent pas, nous réfléchirions ensemble là-dessus, ce qui les amènerait à rechercher en quoi ce poltergeist leur servait. Ma question est au présent, et dirigée vers l'avenir, donc positive, mais elle conduit à remonter la Ligne de Temps, dont Jane est une grande spécialiste.
- La Ligne de Temps, poursuit Jane avec un sourire indulgent envers son partenaire, rejoint les délégations trans-générationnelles dont parlent les systémistes, et le système d'allégeances qui en découlent. Un événement passé n'a pas de véracité absolue, il n'existe que dans l'intériorisation que chacun en fait, en termes non seulement de souvenirs, mais aussi de signification. Il s'agit de trouver un sens qui soit plus efficace, compte tenu de ce que la famille est en train de vivre et veut obtenir. Pour cela, on l'amène à percevoir quelle est son organisation spatio-temporelle.
- A l'aide des génogrammes systémistes, ces arbres généalogiques un peu particuliers ?
- C'est une option complémentaire. Mais on utilisera plutôt la visualisation. Dans ce cas, par exemple, puisqu'ils hésitent entre le fantôme de leur fils et un égrégore de leur belle-fille, on va d'abord demander à cet "esprit" quel qu'il soit s'il est d'accord pour dialoguer. On va trouver une acceptation, sous une forme ou une autre. Par le biais du fantôme, le symptôme va "parler", et finira par nous dire pourquoi il est là. En dialoguant avec lui, on lui demandera àquoi il sert, quelle est son intention positive. Et il va répondre, tout simplement ! Il va se déclarer. Peu importe comment. Des bruits, des déplacements d'objet, un coup pour oui, deux coups pour non, je ne sais pas, je n'ai pas vécu de poltergeist. Mais j'ai l'expérience de phénomènes analogues, d'individus ayant subi des chocs épouvantables. Et le travail qui m'était demandé concernait les deux bouts, en quelque sorte, de la Ligne de Temps : aidez-moi à ce que cela ne se reproduise pas, et : aidez-moi à reconstruire ma vie. 
Alors on travaille sur les repères. Comment cela a-t-il commencé ? Comment pointer un redémarrage du phénomène ? Que faire pour retrouver les repères d'avant ? Et le fantôme va répondre, on va pouvoir amorcer une négociation, que nous appelons "gagnant - gagnant", où nous proposerons des moyens qui conviennent à tous, y compris au fantôme, ou aux bruits, ou à tout ce qu'on veut, pour que ce qu'ils expriment soit reconnu, mais par d'autres moyens que ceux qu'ils utilisent.
- Si on prend cette famille dont vous parlez, intervient Bernard, même sans la connaître je pense qu'il sont très soudés autour de ce phénomène, contre quelque chose, la peur de voir leur fils cadet partir comme l'aîné l'avait fait, la mort de leur fils, la belle-fille, que sais-je. Le moyen est franchement désagréable. Mais on peut penser que si le phénomène cessait, la famille éclaterait. Eviter la dispersion représente l'intention positive. On pourrait comparer cela avec des problèmes dans une entreprise, excepté que la famille ne peut pas déposer le bilan ! Alors la question sera : comment faire pour rester tous ensemble, et plutôt que de lutter contre, lutter pour quelque chose ? A partir de là, on peut travailler sur l'acquisition de nouveaux moyens de préserver cette unité, ou bien la famille décide qu'elle n'a rien envie de mettre à la place de ce phénomène, et le hasard devient volonté. Ils réalisent que cela permet d'avoir une vie plus individuelle, moins reliée à leur fils mort, moins confinée, et simplement d'être heureux, ensemble mais séparés.
- Le travail de toute thérapie est d'aider les individus à se placer côté cause, à devenir initiateurs de l'action, sujets de leurs vies.
- Bien sûr, mais comment faire ?
- Multiples tactiques qui se résument en une : il faut augmenter les choix, aussi bien de définitions du problème que de ses solutions.
- Un exemple ! s'exclame Bernard. Samuel, mon fils de cinq ans, se réveillait toutes les nuits à cause de cauchemars, un horrible sorcière qui venait le tourmenter. Je lui ai prêté mon boken, le sabre en bois d'entraînement aux arts martiaux, en l'autorisant à s'en servir contre la sorcière. "Bon, écoute, lui ai-je dit ensuite, cette sorcière est peut-être très forte, tu n'es pas certain de gagner. Alors on va fabriquer un piège avec une boîte dans laquelle on mettra une pomme que je vais empoisonner, je connais la formule, je te la donnerai quand tu seras plus grand. Si la sorcière prend la pomme, elle tombera dans la boîte." La nuit passe sans cauchemar. "Parfait, à mon avis elle est très maligne, elle a vu le piège, elle a compris qu'elle risquait gros. Elle ne reviendra plus, mais on va laisser le piège une semaine pour plus de sûreté." Et elle n'est jamais revenue ! Quand Samuel est persuadé de voir une sorcière, il voit vraiment une sorcière. Le faire agir dans son rêve, c'est accepter le fait que ce rêve soit pour lui une réalité. Une autre réalité. Comme le poltergeist. Peu importe qu'il soit réel ou non.
- Vous tenez les mêmes propos que les guérisseurs qui interviennent dans les cas de poltergeist ! Mais c'est de la magie, tout ça. Efficace avec des enfants, ou même des adultes qui vous croient investis d'un pouvoir. Mais dans les autres cas ?
- Un autre exemple. Voilà ce que me raconte l'autre jour un participant dans un séminaire d'entreprise. "Mon couple vivait de graves problèmes. Le divorce semblait inéluctable. Nous décidons d'aller voir un psychologue. Nous tombons sur un bonhomme incroyable, vraiment un âne, qui nous écoute pendant une heure, puis nous dit : bon, écoutez, vous me devez cinq cents francs, moi je ne peux rien faire pour vous, trouvez-vous de bons avocats. On est ressortis scandalisés, on n'est bien sûr jamais retournés le voir, les psys sont vraiment d'incroyables charlatans !" J'approuve et je lui demande : - Et c'était il y a combien de temps ? - Oh, une dizaine d'années - Et comment cela va-t-il avec votre femme ? - Eh bien, on est toujours ensemble - Donnez-moi vite l'adresse de ce psy, parce que pour arriver à cela en une seule séance, il doit être vraiment fort ! - Je ne comprends pas ce que vous voulez dire - Vous êtes allés le voir parce que vous hésitiez entre rester ensemble et divorcer, et en une heure il a réalisé le tour de force de vous souder si bien contre lui que depuis dix ans vous êtes restés ensemble. Ce type est un génie !" Et tout d'un coup, mon bonhomme a réalisé que j'avais raison, et qu'il ne s'en était jamais rendu compte ! 
Tiens donc ! La magie redeviendrait-elle en odeur de sainteté dans certains milieux psy ?

Micky Reeman n'est pas près d'oublier le séminaire d'initiation à la PNL auquel il participa l'automne dernier. Organisé dans le somptueux décor des montagnes cévenoles par un organisme allemand, le Centre d'Entraînement à la Communication de Wiesbaden, ce fut, avoue-t-il, l'expérience la plus enrichissante mais aussi la plus inconfortable de sa vie. Certes, on l'avait prévenu que l'aventure ne serait pas théorique et qu'il serait demandé aux participants un travail sur eux-mêmes, notamment sur leurs "représentations familiales". Mais il ne s'attendait pas à ce que de simples représentations puissent prendre un caractère aussi vivant ! 
L'affaire démarra sans fioritures ni longs préliminaires. Après une première prise de contact et une rapide présentation des grands principes, on demanda un volontaire. Intrépide, Micky s'avança. 
Et se retrouva seul au milieu d'un grand cercle, autour duquel les autres participants s'alignèrent.
Le principe est très simple, lui expliqua-t-on, tu vas choisir parmi nous des personnes qui joueront le rôle de membres de ta famille, les placer où tu veux, leur faire prendre toutes les positions que tu désires et estimes symboliques de ce qu'ils représentent pour toi, bref animer une pièce de théâtre silencieuse dont la troupe serait ta propre famille. 
Ces "sculptures", empruntées à la thérapie systémiste, ne permettent pas seulement de repérer les éventuelles délégations trans-générationnelles, mais aussi de se positionner soi-même par rapport aux différents membres de sa famille, et aux grands courants relationnels qu'elles font rapidement apparaître, en déclenchant parfois une vague d'émotions insoutenables.
Un stagiaire put ainsi affronter son grand père, disparu depuis longtemps, mais dont le passé nazi entachait d'une culpabilité inavouée le souvenir conservé par sa famille. Se rendant compte à quel point il l'avait éloigné de la sculpture familiale en l'isolant à l'écart des autres dans un exil symbolique, il put enfin s'en approcher pour lui dire, après de longues hésitations et avec beaucoup de difficulté : "je te reconnais, grand père, comme un quart de moi-même. Mais je ne partage pas tes idées, et si je condamne tes actions, je t'invite à rejoindre la lignée de mes ancêtres, tout assassin que tu aies été".
Le processus va encore plus loin, car il permet aussi de renouer cette Ligne du Temps dont parle Jane Turner, d'en ravauder les "trous noirs", événements toujours dramatiques que la famille a rejetés, dont elle ne parle jamais, mais qui restent non résolus, inexplicables béances dans la trame de son histoire. On invita Micky et ses partenaires à se concentrer non plus sur leur position personnelle dans la famille, mais sur les lignes interactives qui la traversent et le rôle qu'y joue chaque membre. Pour cela, plus de sculpture, mais chacun dut s'asseoir à une table et dessiner, sous l'oeil vigilant d'un observateur, sa cartographie familiale, à l'aide de ficelles et de pièces de monnaie. Spectacle cocasse et parfois poignant, comme lorsque Micky éclata soudain en sanglots en réalisant combien la famille de sa mère avait vécu sans jamais en parler dans le souvenir permanent d'un jeune frère disparu prématurément, cause profonde de l'éternelle tristesse mêlée de sur-investissement affectif dont Micky avait tant souffert pendant son enfance.
C'est là qu'intervient vraiment la PNL, qui ose prétendre à la possibilité de se refabriquer un réel à partir de ce que l'on en ressent et voudrait qu'il soit. Il est possible, et permis, de changer ces lignes d'échanges, d'imaginer ce qui serait advenu si les événements avaient été différents, de se fabriquer une autre histoire, en réintroduisant par exemple des membres absents parce que reniés, rejetés ou morts dans des circonstances inacceptables. Grâce àl'intervention des animateurs du séminaire, le jeune homme fit revivre cet oncle disparu depuis si longtemps, enfant lointain à l'influence mystérieuse et, imaginant un autre réel, se reconstitua une ascendance positive.
Cette expérience, avoue aujourd'hui Micky, bouleversa les souvenirs qu'il gardait de son enfance, transforma les rapports avec sa famille. Plus encore, elle le conduisit à entrevoir d'une façon différente ses relations, à en rompre certaines qu'il n'entretenait que pour mieux se protéger du monde, à affronter celui-ci avec plus d'autonomie et de maturité.
Là, la thérapie rejoint le chamanisme, dans le sens où elle permet de se créer un réseau d'aides, de faire de ses ancêtres des "alliés", comme disent les chamans.

A ses débuts la psychanalyse, emportée par son désir de scientisme, évacua l'irrationnel hors de son champ en l'assimilant à un "esprit magique" fondamentalement primitif et archaïque, que l'introspection logique permettait de rendre conscient et rationnel et que la connaissance scientifique du psychisme finirait par chasser de la nature humaine. Cependant l'aspect magique de toute thérapie, incompréhensible alchimie de la transformation mentale, est mentionné de ci de là dans de nombreux ouvrages, et certains analystes ne renient pas le caractère parfois surnaturel de leurs interventions. Son importance était-elle au coeur de l'aveu de Freud lorsqu'il disait que s'il devait refaire sa vie il la consacrerait au paranormal ? 
Le systémisme, moins imprégné d'esprit rationaliste, marque le début d'un abandon de cette véritable croyance dans le pouvoir de la science à expliciter le phénomène humain, qui relève plus de la foi que de la raison et est d'ailleurs abandonnée par les scientifiques les plus modernes. Certes, pour les systémistes, les phénomènes paranormaux ne constituent pas un sujet d'intérêt en soi, puisque le problème n'est pas le symptôme mais la dynamique familiale qui l'a fabriqué, le rôle qu'il y joue, les solutions cherchées pour le résoudre ou les moyens parfois trouvés pour s'en satisfaire. Schizophrénie, toxicomanie, poltergeist ou pipi au lit seront considérés de la même façon, les différences d'intervention portant sur la spécificité de chaque famille plutôt que sur les particularités des pathologies. Mais les systémistes se montrent ouverts à la dimension irrationnelle présente à des degrés divers dans toute famille, plus que la psychanalyse dont ils inversent la démarche. Au lieu de faire remonter l'inconscient vers le conscient comme dans l'interprétation des rêves, ils s'efforcent de bloquer le rationnel cerveau gauche pour atteindre le cerveau droit, à l'aide de métaphores, de paradoxes, et au besoin d'objets symboliques, tels le fusible et le réseau électrique hâtivement confectionnés par Alain dans la thérapie du jeune homme hébéphrène. L'utilisation d'objets chargés de sens, propre aux pratiques magiques, rejoint le scarabée d'or et la synchronicité de Jung, à ceci près qu'ils sont employés sciemment et font partie intégrante des méthodes systémistes, d'ailleurs plus rarement explicitées que ne le laissait penser la thérapie prise pour exemple.
La PNL franchit une autre étape, et se sert de la dynamique même du symptôme, invité à coopérer dans une recherche commune de son message positif et une mutation de ses manifestations. Malgré la froideur apparente de modèles très rationnels, la pratique s'inspire franchement du chamanisme où le malade, presque toujours entouré de ses proches, est entraîné dans une descente jusqu'aux racines de son mal dont le chamane le libère en luttant, pour lui mais aussi avec lui et avec le symptôme, contre les esprits qui en sont la cause.
Le premier traité de PNL écrit par Grinder et Bandler en 1976 s'appelait The Sructure of Magic. Derrière la Magie, la PNL, de Josiane de Saint Paul et Alain Cayrol, introduisit, onze ans plus tard, la PNL en France.
A l'extrême opposé de la psychanalyse, dont elles acceptent le savoir à défaut d'en partager les méthodes et croyances, de nouvelles pratiques thérapeutiques apparues ces dernières années tentent délibérément d'établir la synthèse entre recettes magiques et découvertes récentes sur le fonctionnement mental. 
C'est là que nous retrouvons Djohar Si Ahmed et l'Institut des Champs Limites de la Psyché. 
Les entraînements à la télépathie mettent effectivement en valeur le caractère insolite, inconnu, secret et magique des communications humaines. Ils repoussent aussi la frontière entre individu et collectif, en permettant par exemple à quelqu'un ayant une tendance paranoïaque de faire la part entre ce qui vient de lui et ce qui vient d'ailleurs, de mesurer combien les processus inconscients qui déforment le message télépathique proviennent de son histoire personnelle et non de l'extérieur. Ce n'est donc pas à une vision annihilée de l'individu qu'ils invitent, mais à un recadrage des positions respectives de l'individu et du collectif.
La respiration holotropique, mise au point par le psychiatre d'origine tchèque Stanislas Grof à partir de travaux effectués dans les années soixante sur l'utilisation thérapeutique du LSD, représente la dernière née de ces techniques d'exploration des dimensions collectives de la psyché humaine. Atteignant un état modifié de conscience grâce à la relaxation, à une hyper-ventilation respiratoire et à l'influence quasi hypnotique d'une musique soigneusement sélectionnée, le "respirant" refait l'expérience de sa naissance. Il la revit littéralement, avec une intensité souvent pathétique et des découvertes parfois lumineuses, comme lorsqu'un participant comprit que la peur d'être étranglé qui le tourmentait depuis toujours provenait de ce qu'il était né avec le cordon ombilical enroulé autour de son cou. Certains respirants remontent jusqu'à leur vie intra-utérine, dont ils retrouvent alors cette ambiance symbiotique qui revêt une telle importance pour la psychanalyse familiale. Là aussi, l'expérience peut apporter de féconds éclaircissements, en informant sur l'état d'esprit de la mère pendant la grossesse. Plus encore, certains franchissent parfois une frontière étrange, au delà de laquelle ils atteignent un autre univers, dont ils reviennent en racontant d'incroyables histoires de vies antérieures ou d'expériences animales, trop précises, réelles et chargées de vécu pour être seulement considérées comme hallucinatoires.
Ainsi donc, s'éloignant d'une conception classique de l'individu, la psychologie semble appelée par la pensée de système et la découverte des dimensions transpersonnelles de la psyché, à intégrer toujours plus l'être humain dans les réseaux de liens et de communications dont il est membre, à le relier au monde, aux autres et à ses origines, à en accepter le caractère irrationnel et magique. 
Mais, ce faisant, elle remet en question toute notre conception de la réalité. Que reste-t-il de l'individu ? De quelle nature sont les liens qui le relient à ses ancêtres ? Qu'est-ce que la pensée ? Quels rapports entretient-elle avec la matière ?
En réhabilitant des pratiques quasiment chamaniques, les nouvelles thérapies, familiales ou pas, conduisent aussi à se poser une autre question : en quoi la pensée moderne rejoint-elle les pensées traditionnelles ? Nous avions quitté un mystère moyen-âgeux pour un mystère moderne, qui s'avère finalement presque aussi insoluble. Quels éléments de réponse les "Moyen-Ageux", les "Primitifs", auraient-ils à apporter, eux qui, après tout, jouaient avec aisance de ces notions que les "Modernes" ne réussissent à aborder que par un détour ?
Il restait à interroger un autre de ces psychanalystes "pas comme les autres", dont nous avons déjà rencontré quelques specimens et qui, en approfondissant la recherche sur le psychisme, en élargissent les limites.
Agitateur iconoclaste n'hésitant pas à dénoncer les lacunes de la théorie freudienne, sans toutefois la répudier, Didier Dumas va nous permettre, grâce à sa théorie du fantôme et à sa connaissance du taoïsme, de relier chamanisme moderne et traditions antiques. Il va aussi, au passage, jeter un dernier coup de projecteur sur quelques questions laissées en suspens au cours de cette enquête.

             Extrait de Lorsque la Maison crie, phénomènes paranormaux et thérapie familiale, Robert Laffont, Paris, 1994

 

Retour au sommaire                                             Retour haut de page             Retour au dossier Intuition

Retour à Encyclo perso

Accueil

Retour à Reportages et articles