3

En.marge                   Géobiologie 3 :  LA GEOBIOLOGIE AUJOURD’HUI

Le reste :
Géobiologie 1
Géobiologie 2
Giorgio Thurn

Accueil

Entretiens

Reportages & articles

Encyclo perso

Newsletter



A l’heure où nous infligeons à notre environnement un bouleversement électromagnétique sans précédent, la géobiologie pourrait bien rejoindre la bio ou les médecines douces comme acteur de la « révolution silencieuse ». Panorama de son approche, à la fois scientifique, psychologique et spirituelle.

« La science a ouvert des pistes d’explication. »
Loïc Lamballais, physicien, expert européen et conseiller en projet immobilier à Rennes
Avec ses outils pour mesurer l’intensité du champ magnétique, la conductivité du sol ou sa radioactivité, la science offre de précieuses données sur les champs électromagnétiques d’origine humaine ou la nature du sous-sol. « Mais ces mesures ne permettent pas de confirmer tout ce qu’un géobiologue déduira de son approche d’un terrain, reconnaît Loïc Lamballais. Les réseaux Hartmann ou Curry, la présence d’eau ou de failles souterraines, tout cela repose sur la sensibilité du praticien. »
Le physicien Yves Rocard, ‘père’ de la bombe atomique française, attribuait cette sensibilité à une concentration en magnétite dans diverses zones du corps, qui nous rendrait plus ou moins perceptifs aux variations magnétiques. Regrettant le manque d’intérêt de la communauté scientifique pour les effets de l’électromagnétisme, Loïc Lamballais estime « avoir pu vérifier, lors d’une étude en hôpital, qu’un changement de lieu avait une influence sur le tonus musculaire, en corrélation avec le sous-sol. Or le tonus musculaire dépend principalement du système neurovégétatif ortho et parasympathique, un système relié au stress. Cela rejoint d’autres travaux, dont ceux du docteur Hartmann, montrant une variation des sécrétions des glandes surrénales (celles du système neurovégétatif) quand un individu est placé en différents endroits. Sur une zone considérée comme perturbatrice, on assiste à une augmentation du niveau de stress du sujet. » Pour lui, cette modification du tonus musculaire expliquerait le mouvement de la baguette ou du pendule. Quant au stress, on sait qu’il provoque à long terme l’apparition de maladies.

« Nos lieux de vie parlent de nous. »
Moïse Bergeron, magnétiseur, animateur de stages en radiesthésie et géobiologie
« J’utilise bien sûr détecteur de fréquence, compteur Geiger et pendule, mais après une analyse rapide du site, je m’intéresse surtout à la psychologie des gens qui font appel à moi. Si j’arrive à déceler leur problématique, le temps passé au rééquilibrage du lieu sera anecdotique. Sont-ils en ‘syntonisation’ avec le terrain ou la maison qu’ils occupent ou qu’ils veulent acquérir ? Comment faire de cet endroit un lieu d’évolution et de ressourcement ? Il n’y a pas de règle absolue, sauf en cas de pollutions évidentes (ligne à haute tension, antenne, radioactivité…). D’autant que le problème est parfois simple : mauvaise mise à la terre du circuit électrique, réveil-radio à moins d’un mètre de la tête, antenne de télé à l’aplomb du lit, frigo de l’autre côté de la cloison : autant de choses à corriger avant de penser aux forces cosmo-telluriques ! En fait, à chacun son lieu en fonction de ce qu’il est : un terrain considéré comme chaotique ou trop énergétique peut très bien correspondre à un type d’individus. Et le malaise vient souvent d’un problème de territoire. Un enfant souffre d’énurésie sans raison médicale, mais son lit est disposé dans le séjour : l’enfant « marque » son territoire. Isolez son espace avec des rideaux, respectez son intimité, et le pipi au lit s’arrêtera. Et cette femme qui dort mal, dans une maison construite par son mari et son ex-femme, n’aura besoin que d’une prise de conscience et de quelques aménagements pour se sentir enfin ‘chez elle’. Inutile d’invoquer ici le réseau Hartmann ou l’électromagnétisme ! »
http://lasourcedesmains.fr/

« La vibration de la Terre change, profitons-en ! »
Giorgio Thurn, architecte géomancien en Autriche et animateur de séminaires en France*
Concepteur du centre où sa femme, la philosophe Christiane Singer, enseigna jusqu’à sa mort, du pavillon d’entrée au parc national de Vienne et bientôt d’une école soufie aux Pays-Bas, Giorgio Thurn s’inscrit délibérément dans une approche visionnaire : « La vibration de la Terre est en train de changer, et de plus en plus de gens le ressentent. Ils s’ouvrent à l’écologie, à d’autres dimensions d’eux-mêmes, à un nouveau système de pensée où l’intuition jouera autant que le raisonnement, où les connaissances viendront de la science autant que de la tradition, d’une vision ou d’un rêve. La géobiologie a son rôle à jouer dans ce mouvement. »
Rares, en effet, sont les activités humaines qui demandent à ce point d’allier sensation et calcul. Mais comment « percevoir » ? « Il faut recourir au feeling, ressentir, rechercher la vision, propose l’architecte. Ce sera d’autant plus utile qu’avec le changement du magnétisme terrestre, les réseaux Hartmann et Curry ne sont plus vraiment fiables. Chacun va devoir faire selon son intuition, avec la force de son esprit. »
Et c’est tant mieux, car pour lui, le but n’est pas tant la santé ou le bien être que l’élévation des consciences : « Toutes les inventions géomantiques servaient à créer un champ énergétique favorable à l’éveil. Elles doivent désormais servir aussi la Terre. Pour favoriser la circulation de sa nouvelle vibration, qui nous rendra plus sensibles, plus créatifs et lumineux, il nous faut « réveiller » les anciens lieux sacrés et en créer de nouveaux, dans la nature, dans nos maisons et jardins, comme autant de points d’acupuncture pour une Terre aujourd’hui malmenée. »
* Les séminaires de Giorgio Thurn en France sont organisés par Isabelle Thurel, Les Bas Claux, 84480 Lacoste, Tél. : 06 08 45 10 19, Courriel : isabelle.thurel3@free.fr Site (en allemand) : http://www.subtilesbauen.at/a.htm

Les réseaux géomagnétiques
Le réseau Hartmann, du nom du médecin allemand qui en émit l’hypothèse au milieu du XXè siècle, consiste en un quadrillage du globe par des bandes larges de 21 cm, espacées de 2 m dans le sens Nord-Sud et de 2,5 m dans le sens Est-Ouest. Le rayonnement magnétique serait plus intense le long de ces bandes, et les « nœuds » où elles se croisent, particulièrement néfastes pour la santé. Le réseau Curry, orienté à 45° par rapport au Hartmann et fait de bandes plus larges (40 cm) et plus espacées (3 m), produirait les mêmes effets – amplifiés quand les nœuds des deux réseaux se superposent. Repérés avec pendule ou baguette, ils sont susceptibles d’être déformés par d’autres facteurs (eau, faille ou cavité souterraines, électromagnétisme d’origine humaine...), et constituent aujourd’hui la grille de lecture la plus fréquemment utilisée par les géobiologues occidentaux.
Que faire ?
Avant d’acheter ou de construire, prenez le temps de ressentir les alentours, le terrain, la maison. Asseyez-vous en plusieurs endroits et observez l’orientation des lieux, la diffusion du son, la santé des arbres, la forme des bâtiments…
Sachez que tout ou presque peut être corrigé, soit par des aménagements (haies, modifications des ouvertures, construction d’annexes…), soit par des corrections (tiges de métal dans le sol, pierres, cristaux, prises de terre…).   
Chez vous : vérifiez ou faites vérifier l’électromagnétisme d’origine humaine (lignes, circuits et appareils électriques, prise de terre, antennes de télévision et de téléphonie mobile…). Evitez ou réduisez les pollutions évidentes (CPL sur les prises, câble plutôt que wifi ou téléphone sans fil, TV éteinte plutôt qu’en veille…). Réinventez l’aménagement, l’ameublement, les couleurs…

Le reste : Géobiologie 1 ....................................... Géobiologie 2 ....................................... Giorgio Thurn

Retour haut de page 

 Retour Encyclo perso

Accueil

Retour Reportages et articles